01
le meilleur des sorties pour enfants

Confinés mais pas déprimés #6 avec Fanny AZNAR, directrice générale déléguée de Montcornelles

Avec la série Confinés mais pas déprimés de Kidiklik, on vous propose de vous immiscer dans la tête d’un acteur local. Pas un acteur de cinéma… Quoique !

Ces prochaines semaines, faites connaissance avec Eve, responsable du musée archéologique d'Izernore, Yoran, directeur du théâtre Le Bordeau et bien d'autres... Découvrez pourquoi ils ou elles adorent leur métier mais surtout quelle est la plus grosse bêtise qu'ils ont faite étant enfant, quels étaient leurs jeux préférés... et bien d'autres secrets dans des interviews décalées qui vont vous redonner le sourire.On a hâte de vous les présenter!

Dans la famille "Confinés mais pas déprimés", Kidiklik demande cette semaine... Fanny AZNAR, la pétillante directrice déléguée de Montcornelles, parc de loisirs et chantier médiéval du Bugey. Elle a répondu à nos questions décalées avec entrain et bonne humeur.

Kidiklik: Bonjour Fanny, peux-tu nous présenter ton job, pourquoi tu l'aimes tant ?
Fanny AZNAR : Mon job, aujourd'hui, c'est un peu une mosaïque de jobs ! Dedans, il y a un peu de mon vrai job de médiatrice culturelle, celui que j'aime et que j'ai choisi avec passion. C'est celui où je raconte des histoires aux gens, où je fais jouer les enfants, où je fais voyager les visiteurs dans le temps et où surtout j'espère, je les fais « aimer apprendre ». C'est tellement gratifiant de voir les visiteurs ouvrir des grands yeux et être transportés dans le chantier. Lorsque je mène la visite contée et que je vois des enfants ramper pour aller cacher le parchemin que je leur ai confié, j'ai 7 ans moi aussi et je suis heureuse, tout simplement. Il y a aussi le job où je fais des recherches, ça c'est vraiment prenant et j'y ai pris goût après 7 années de travail aux Archives de l'Ain. Pour bien raconter des histoires aux gens, il faut se plonger dans la « vraie » Histoire : en découvrir et en tirer les fils pour ensuite tisser de belles visites guidées, imaginer des ateliers pédagogiques, bref faire vivre un chantier médiéval avec rigueur et professionnalisme ! On découvre et on apprend tout le temps, une vraie chance. Dans cette mosaïque, il y a aussi maintenant de la communication, je suis « community manager », ou animateur des réseaux sociaux pour le dire plus simplement, là aussi finalement je raconte des histoires, mais sur les réseaux. Je fais du graphisme, c'est à dire créer de beaux visuels pour donner envie aux visiteurs de pousser les portes de Montcornelles, ça c'est illustrer les histoires, c'est plutôt stimulant.... Et au milieu de tout ça, il y a une boutique de site à gérer, ainsi que l'équipe d'accueil et de médiateurs, là on ne raconte plus les histoires mais j'essaie de faire en sorte qu'il y ait une chouette mise en scène autour d'elles et que chaque expérience de visite du chantier soit agréable. Je ne m'ennuie pas !

Quand tu étais petite, comment occupais-tu tes temps libres ?
FA: Mon truc ça a toujours été la création, alors je fabriquais des tas de choses, en papier, en terre, et puis surtout, je dessinais beaucoup. J'étais aussi une vraie petite fille des champs et des bois, j'ai eu la chance de grandir dans un petit village avec un étang, une forêt, des champs, des rivières, des dizaines de jolis chemins de terre et autant d'espaces à parcourir en vélo avec les copines. Alors je sillonnais les paysages et ça c'était vraiment fabuleux. Il nous arrivait de passer des après-midis dans un arbre à papoter et à observer le monde. Contemplation et création ont toujours été de pair en fait !

Quelle est la recette qui te ramène en enfance ?
FA : Il faut faire un saut dans la cuisine de ma mamie dans ce petit village. Elle ne cuisinait pas de grandes choses, mais c'était toujours bon et « rassurant ». Alors son plat tout simple, que je me prépare encore maintenant quand j'ai besoin d'un petit réconfort, c'est des quenelles, avec une sauce à la tomate, des olives, des champignons. J'ai mis des années à pouvoir refaire la sauce comme la sienne (ou presque!). Dès que je sens la douce odeur de cette sauce dans laquelle gonfle les quenelles, je me retrouve directement dans le salon de ma grand-mère à l'heure du repas. C'est magique cette histoire là, elle à un pouvoir immense…

Quel est ton village ou monument médiéval préféré en France ?
FA: Il y en a tellement, pas facile de choisir ! Je vais tricher et parler de celui que je souhaite visiter depuis des années, mais que je n'ai pas encore vu. Je l'ai beaucoup imaginé, car il fait l'objet d'un livre que j'ai adoré « Les pierres sauvages » de Fernand Poullion et qui évoque la construction de l'Abbaye du Thoronet en Provence. Cette fabuleuse histoire de bâtisseurs raconte, en plein cœur du Moyen-Âge, les premières heures de ce chef-d'oeuvre de l'architecture cistercienne qui représente pour moi l'aboutissement de toute la maîtrise de la construction médiévale. Sa plus grande prouesse : faire se rencontrer la matière et la lumière. Les cisterciens ont cherché à dépouiller leur architecture de tout ornement, il reste les volumes, la pierre, et c'est extraordinaire de voir ces constructions jouer avec la lumière. Les pierres flamboient, les espaces grandissent ou s’étendent selon les heures du jour. J'ai visité l'Abbaye de Sénanque, l'une des 3 « sœurs cisterciennes » et cela m'a vraiment transporté, alors j'ai hâte de voir le Thoronet, dont l'histoire m'a déjà émerveillée grâce aux mots de l'architecte Fernand Poullion. Je pense souvent à ce livre quand je flâne à Montcornelles. Construire, c'est une aventure, une aventure technique mais avant tout humaine, ça porte et ça emporte même.

Question bonus: T'aurais pas une idée de jeu ou d'activité pour enfant à nous proposer autour des bâtisseurs du Moyen-Âge?
FA : Comme vous l'aurez compris, j'adore les histoires, alors je vous propose de jouer à en construire en remaniant le fameux jeu « Il était une fois » à la sauce médiévale. On fabrique des cartes avec des lieux du Moyen-Âge (le château, la tour, les douves, la forêt enchantée, la source magique, l'abbaye, la taverne, le pigeonnier...), des personnages (le fauconnier, le forgeron, le chevalier, la princesse, le cheval, le roi..), des actions (se promener dans les bois, voyager à cheval, rencontrer quelqu'un, visiter un lieux, découvrir un objet..), des objets (magiques bien sûr). Chacun peut imaginer des cartes, c'est ludiques et cela permet de rentrer dans l’univers médiéval en observant des images ou des enluminures par exemple.
Pour jouer, on donne à chacun quelques cartes de départ (5 par exemple), et ensuite après avoir prononcé ensemble l'incantation « Oyez, oyez, il estais une fois ...», chacun à tour de rôle pose ensuite une carte et raconte un bout de l'histoire liée à la carte choisie (on en pioche une nouvelle). On invente un récit collectif fabuleux au fil du jeu et des cartes déposées (on peut se donner un temps de jeu ou bien juste devoir poser le plus de cartes possibles).
J'adore ce jeu et je recommande de raconter le tout en utilisant moult dires et moults fatrouillages médiévaux, c'est plus rigolo ! Le bonus étant bien sûr de faire illustrer aux enfants certaines cartes ou bien l'histoire lorsqu'elle est terminée. Je vous souhaite belle et grande imagination !

Enfin, " quoi de neuf" à Montcornelles en 2021 ?
FA : En 2021, on démarre enfin le chantier de la Tour-porte de la ville, c'est très enthousiasmant d'imaginer le début de ce grand ouvrage ! La Halle est une construction majoritairement en bois et là on va s'attaquer à la pierre, c'est un autre défi ! On va également voir la future forge prendre forme en 2021. Ce qui est bien dans un chantier, c'est que tout est toujours en mouvement, en évolution. On va aussi proposer un nouveau livret-jeu pour les ados, une quête à réaliser en famille sur le chantier.... mais je n'en dis pas plus, il faudra venir le découvrir !

MERCI FANNY !

☞ Vous avez aimé cette interview décalée de la pétillante Fanny AZNAR ? 

☞ Retrouvez toutes les interviews de la websérie Kidiklik Confinés mais pas déprimés

+ d'articles pour occuper les enfants pendant le confinement 

Propos recueillis le 10 décembre 2020 par Laurence de Kidiklik 01

Retour haut de page

Kidibox